Etats d’âme d’une marâtre

Etats d'âme d'une marâtre

Être une belle-mère…

Si le chemin de l’apprentissage du rôle de mère est sinueux et semé d’embuche. Il est un chemin encore plus sinueux et épineux… Celui d’apprendre à être une belle-mère.

En effet, élever un enfant qui n’est pas le sien est assez périlleux et on se heurte continuellement au regard des autres: Est-elle gentille avec lui? Fait-elle des différences entre ses propres enfants et lui? Le fouette t-elle? .

Observer autour de vous

Si vous regardez de plus près, vous verrez que beaucoup de personnes décortique la relation « belle-mère/enfant » beaucoup plus en détail que la relation « mère/enfant« .

La relation « mère/enfant » va de soit dans l’inconscient de chacun: La mère aime forcément son enfant et réciproquement. La relation « belle-mère/enfant » est tout autre: Elle se construit entre 2 individus qui ne sont pas de même sang. Ce n’est pas une évidence. Elle intrigue les personnes, les regards incisent, guettent, cherchent les défauts.

Comme dans les dessins animés de Walt Disney

Dans l’inconscient collectif je pense qu’être une belle-mère a encore une mauvaise connotation comme les marâtres des Walt-disney. Je me rappelle d’ailleurs, au tout début où j’ai commencer à vivre avec mon beau-fils. Il avait alors 5 ans et un jour où je l’avais emmené au parc pour faire du toboggan. Un de ses camarades d’école lui a demandé : « C’est ta belle-mère? » et lui a répondu « Non non, elle est très gentille avec moi…! ». Je vous laisse imaginer comme je suis restée bête! Je lui ai bien sur expliqué qu’être une belle-mère ce n’était pas être méchante mais seulement être la deuxième femme qui allait participer à son éducation (Il s’est avéré par la suite que je serais surtout la numéro une).

Cela étant, même des années après (Il a 12 ans maintenant). Je me rend compte que sa réflexion innocente d’enfant était très proche de la réalité. Au début, on l’interrogeait beaucoup sur notre relation: Est-ce que je lui criais dessus? Est-ce que je m’occupait de lui? Est-ce que j’étais gentille avec lui (ou bien une marâtre)?… J’en passe et des meilleures. Mais bizarrement, lorsque je me suis retrouvée mère… Personne ne s’est inquiété de savoir si je m’occupais bien de mon bébé!!! Etrange non???

En pratique

En partie pour çà, être une belle-mère n’est pas une chose facile. On vous reprochera de faire des remontrances à votre beau-fils sous prétexte que vous le faites parce que ce n’est pas le votre. Mais on ne vous dira jamais rien quand vous ferez les mêmes remontrances à votre propre enfant. C’est quand même incroyable? Le principe est pourtant d’être équitable entre tous les enfants, non? Y a pas un peu d’ambivalence là? Parce qu’il n’est pas sorti de mon ventre je dois prendre des pincettes?

Au delà du regard extérieur des autres parfois très chiant pesant. L’attitude de l’enfant n’est pas la même non plus. Vous pourrez être une merveilleuse belle-mère, donner tout ce que vous pouvez pour lui sa mère restera toujours sa mère (et c’est bien normal). En revanche, vous pouvez être une mère peu habile et faire des erreurs, vos enfants vous aimeront quand même d’un amour inconditionnel.

Pour ma part

Je dois reconnaitre qu’il est parfois frustrant de donner autant et de recevoir moins dans cette relation « belle-mère/enfant » que dans une relation « mère/enfant« . Être belle-mère laisse parfois un sentiment d’amertume. La relation n’est pas si facile à construire et à tenir droite. Même quand les fondations sont solides.

J’avoue que pour ma part c’est la relation la « plus » compliquée d’avec nos 3 enfants. Elle est moins naturelle et beaucoup portée à jugement. Je fais pourtant tout ce qui me semble judicieux pour lui, comme si c’était le mien. Après 7 ans de vie quotidienne à ses cotés c’est un peu le cas. Et pourtant « Ca ne va pas de soit ».

En 7ans, lui et moi nous sommes construits… Un peu comme un couple se construit,  ou comme de simples connaissances deviennent des amis. Il a fallu apprendre à vivre l’un avec l’autre alors que ce n’était pas forcement nos attentes dès le départ.

A tout ceux qui diront « C’est un enfant, c’est attachant »… Oui bien sur… Mais ce n’est pas le « coup de foudre » immédiat et magique de la naissance. A ceux qui disent ou pensent cela j’ai envie de leur demander : « Avez-vous essayez d’aimer un autre enfant que les votre de la même façon que les votre? Essayez juste pour voir. On en reparle ensuite » . Il est toujours très facile de dire, faire est bien plus compliqué!

Voilà donc mon ressenti sur le fait d’être belle-mère. Et vous êtes vous une belle-mère? Avez-vous connu çà? Comment avez-vous apprivoisé cette situation?

Logo Maman Nat et ses petits

 

 

 

 

 

 

Cet article vous a plu?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Maman Nat et ses petits
Maman de 3 enfants, j'ai décidé de partager mon quotidien avec d'autres. Mes pensées, mes astuces, mes rires, mes larmes, mes angoisses, mes bons plans...Voilà ce qui est au rendez-vous 😉. Alors si le programme vous plait, venez me rejoindre !

4 Commentaire

    1. Non pas simple du tout!!! Le plus incohérent c’est qu’on attend presque que tu le « traite » mieux alors qu’on guette l’égalité… mmm… bonjour l’ambivalence!

  1. Ton article me parle mais en tant que fille d’un beau-père. Et c’est maintenant que je suis moi-même maman que le côté non équitable me parle ! Mon papa était très présent et je n’ai pas toujours été tendre avec mon beau-père, difficile de trouver un équilibre dans ces cas-la…

    J’ai gardé certains Enfants et c’est très compliqué parfois… l’amour pour un enfant qui n’est pas le nôtre est effectivement loin d’être évident…

    Bref, je t’admire et j’admire tous les beaux-parents…

    Virginie

    1. Merci pour cette réflexion sur « l’autre côté ». Ici sa mère est très peu présente mais elle n’en reste pas loin sa mère. Une impression que quoi que tu fasses tu ne peux pas lutter contre çà. J’espère que comme toi à l’âge adulte il comprendra les difficultés. En tout cas merci !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
www.000webhost.com